Mail : info@schaeffer-associes.com

Tel : 01.55.90.55.15

Horaires : 9h/19h du Lundi au Vendredi

Cabinet Schaeffer Avocats: Information juridique - Lawperationnel > EncyclopedieJur > Intérêt de l’action directe en cas de désaccord avec l’entreprise principale

Intérêt de l’action directe pour le sous-traitant

En tant que sous-traitant non payé par son donneur d’ordre, le sous-traitant a la possibilité de faire une action directe contre le Maître d’Ouvrage privé

Cette action interdit au maître d’ouvrage de régler la somme réclamée par le sous-traitant à l’entreprise principale dès lors que sa créance correspond à des prestations prévues par le contrat de sous-traitance et dont le maître d’ouvrage a effectivement bénéficié.

C’est à lui d’apprécier, à ses risques, si la demande du sous-traitant répond à ces conditions et il ne peut  refuser le bénéfice de l’action directe au sous-traitant en considération de la seule contestation élevée par l’entreprise principale.

Blocage des sommes par le maître d’ouvrage

Si, après réception de l’action directe, le Maître d’ouvrage ne bloque pas les sommes correspondantes, il pourra voir sa responsabilité engagée à l’égard du sous-traitant et pourrait être tenu de le payer si les sommes contestées auxquelles le sous-traitant a droit ont déjà payées par lui à l’entreprise principale.

Le sous-traitant a donc intérêt à lancer une action directe pour bloquer ces sommes.

Paiement par le maître d’ouvrage

Mais cela ne veut pas dire que le Maître d’ouvrage le réglera automatiquement et sans retard.

En effet, ce dernier ne se libèrera généralement pas entre les mains du sous-traitant dès lors que l’entreprise principale élèverait une constestation d’apparence sérieuse car il pourrait se voir reproché par cette dernière de n’avoir tenu compte de son avertissement si le bien fondé de cette contestation est ultérieurement reconnu.

Bien souvent, le maître d’ouvrage ne prendra donc pas de risque à cet égard et consignera cette somme dans l’attente d’une décision tranchant le litige.

L’action directe permet en tout état de cause au sous-traitant d’avoir en la personne du maître d’ouvrage un deuxième débiteur, souvent plus solvable, pour sa créance mais n’a pas un effet automatique.

Notez-nous