Mail : info@schaeffer-associes.com

Tel : 01.55.90.55.15

Horaires : 9h/19h du Lundi au Vendredi

La création d’une SCI et bail à construction

Il est également possible de financer un bien immobilier par un bail à construction, la SCI achètera alors le terrain et le louera à l’entreprise dans le cadre de ce montage.
La société d’exploitation, s’engagera à édifier des constructions sur le terrain de la SCI et à les conserver en bon état d’entretien pendant la durée du bail. Les constructions reviendront à la SCI en fin de bail, sauf clause contraire.

La contrepartie du bail à construction est constituée par un loyer et par la remise de la construction, sachant que le loyer ne doit pas être symbolique.

Déduire ses dépenses de construction

L’intérêt d’un tel bail est de permettre à la SCI de faire supporter le coût de la construction à l’entreprise commerciale qui assure ainsi le financement du patrimoine social. Les loyers perçus et l’attribution gratuite des constructions sont alors imposés en tant que revenus fonciers, si la SCI est à l’IR et si ces dépenses ont été engagées dans l’intérêt de l’entreprise. A défaut, ces profits seront imposés en tant que revenus de capitaux mobiliers sans ouvrir droit à l’avoir fiscal.

Dans la mesure où le bail à construction confère un droit réel, les dépenses de construction pourront être déduites du résultat imposable de la société sous forme d’amortissements à condition que les dépenses aient été engagés dans l’intérêt de l’entreprise, autrement dit si elles relèvent d’une gestion normale.

L’inconvénient principal d’un tel montage est la durée du bail à construction qui doit être comprise entre 18 et 99 ans. En outre, une SCI a intérêt à conclure le bail pour une durée supérieure à 30 ans, car dans ce cas la remise des constructions ne donne lieu à aucune imposition. Cependant, si la durée du bail est comprise entre 18 et 30 ans, l’impôt sera dû sur une valeur réduite en fonction de la valeur du bail : le prix de revient du bien sera diminué d’un abattement de 8% par année de bail au-delà de la 18ème année.

Quelques exemples

Exemple n°1 : une SCI achète un terrain au prix de 300 000 € qu’elle loue par bail à construction d’une durée de 35 ans, à une EURL qui édifie une construction pour un coût de 450 000 €. A l’issue du bail, la SCI récupère la propriété de la construction dont la valeur s’élève à 750 000€. Dans la mesure où la durée du bail est supérieure à 30 ans la remise de la construction ne donne lieu à aucune imposition.

Exemple n°2 : une SCI achète un terrain au prix de 300 000 € qu’elle loue par bail à construction d’une durée de 25 ans, à une EURL qui édifie une construction pour un coût de 450 000 €. A l’issue du bail, la SCI récupère la propriété de la construction dont la valeur s’élève à 750 000€. Pour calculer le revenu foncier imposable il faudra se baser sur le prix de revient de l’immeuble, 500 000 €, diminué d’un abattement dont le pourcentage est égal à la différence entre la durée du bail à construction et la durée légale minimale, soit ici 25 ans – 17 ans, est égal à 8%.

You must be logged in to post a comment.